Qu’elle soit en bois, PVC, aluminium ou autres matériaux, une fenêtre doit être parfaitement réalisée pour éviter les pertes de chaleur. Depuis la conception jusqu’à la pose, de nombreux critères entrent en compte. Un double ou triple vitrage apporte de bien meilleures performances thermiques qu’un simple vitrage, tout comme la qualité des menuiseries.

Le coefficient de transmission thermique est un élément essentiel dans le choix des fenêtres à proposer à vos clients. En fonction de son degré de performance, il garantit une bonne isolation de la maison et favorise la réalisation d’économie d’énergie. Il représente un atout considérable pour valoriser la qualité de vos produits. Pour compléter cette bonne isolation, une entrée d’air de fenêtre permettrait d’apporter une ventilation saine au sein du logement de vos clients.

 

Qu’est-ce que le coefficient de transmission thermique ?

 

Les matériaux de construction affichent différents niveaux de résistance à la chaleur. Une valeur nommée U est donc déterminée en fonction de leur faculté à atténuer cette dernière lorsqu’elle se transmet du milieu le plus chaud vers le plus froid. Le coefficient de transmission thermique est une unité internationale qui permet de mesurer le flux de chaleur qu’un mur ou un matériau va laisser passer. Il se calcule dans le temps, en fonction de la surface couverte et selon la différence de température de chaque côté de la paroi.

Un coefficient est élevé lorsque la fenêtre n’offre pas une isolation de qualité et laisse un important transfert de chaleur opéré. Au contraire, le coefficient est faible si la fenêtre dispose d’une haute performance thermique. Il constitue un moyen idéal pour savoir si l’ensemble menuisé est plus ou moins perméable à la chaleur. Représenté par les lettres Uw, il a pour unité de mesure le W/M²K.

  • Le W a pour signification les Watts.
  • Le M² équivaut à la surface de vitrage, châssis compris.
  • K est le degré Kelvin, soit l’écart de température entre intérieur et extérieur.

Prenons pour exemple, une fenêtre avec un coefficient Uw de 1,4 W/M²K. Il indique que pour compenser 1 degré de chaleur, il faudra produire 1.4 W. Plus le coefficient de transmission thermique est bas, moins la quantité d’énergie sera nécessaire pour couvrir les déperditions de chaleur.

 

coefficient-de-transmission-thermique-schéma

Les différents coefficients de transmission thermique

 

Les fenêtres ou les parois qui limitent les pertes de chaleur et les courants d’air affichent un coefficient thermique satisfaisant. Elles représentent un moyen de réduire la facture d’énergie et d’améliorer le confort au quotidien. Un certain nombre de données sont donc à prendre en compte pour s’assurer de proposer des solutions conformes aux attentes de la clientèle. Pour augmenter un peu plus l’étanchéité et éviter les pertes de chaleur, l’installation d’une bavette de fenêtre peut être une bonne solution.

 

Le coefficient thermique Uw

 

À la valeur U s’ajoute ici la valeur w qui correspond à la fenêtre. Il s’agit donc de l’unité de mesure pour la performance d’isolation des fenêtres. Il peut varier selon les qualités thermiques du cadre (UF) et celles des vitrages (Ug). En matière de menuiseries, le PVC s’avère être le matériau le plus isolant. On retrouve ensuite le bois, puis l’aluminium et les autres fenêtres en métal.

Coefficient d’isolation thermique moyen selon les matériaux utilisés :

  • PVC : Uw ≤ 1,4 W/m2 K.
  • Bois : Uw ≤ 1,6 W/m2 K.
  • Aluminium : Uw ≤ 1,8 W/m2 K.

 

Le coefficient thermique Ug

 

Dédié aux vitrages, le coefficient de transmission thermique Ug se réfère à leurs facultés en matière d’isolation thermique. Il appose à la valeur U, celle du verre (g). En fonction de l’épaisseur et la technicité du vitrage, les performances varient. Plus le coefficient est bas, plus elles sont élevées.

 

Le coefficient Sw et TLw

 

Bien qu’ils soient différents du coefficient de transmission thermique, on notera ses coefficients, car ils interviennent dans la qualité thermique d’un logement. Déterminé par le coefficient Sw, le facteur solaire mesure la capacité d’une fenêtre à laisser passer la chaleur d’origine solaire. Enfin, le coefficient TLw correspond à la quantité de lumière transmise.

La qualité du vitrage, la composition des menuiseries et l’installation de la fenêtre sont les principaux critères pouvant faire varier le coefficient de transmission thermique. La clientèle y est de plus en plus sensible, afin d’évaluer rapidement la performance de l’ensemble. À la qualité des doubles vitrages actuels, il est essentiel d’ajouter les facultés des diverses menuiseries sur le marché. La mise en avant de produits au coefficient de transmission thermique intéressant permet de rassurer et convaincre des clients toujours plus exigeants.