L’apparente fragilité du verre en fait l’une des premières victimes des tentatives d’effraction. Pourtant, certains vitrages sont capables de résister de longues minutes aux attaques et aux armes les plus destructrices. En fonction d’un client particulier ou professionnel, de son activité, des risques potentiels liés à la situation, il est important de choisir les produits les plus adéquats. Document de référence, la norme NF EN 356 est votre meilleure alliée pour y parvenir. Elle classifie les différents vitrages conformément à une série de tests préalablement établis.

Norme NF EN 356 : deux grandes catégories

 

Les facultés de résistance des vitrages varient en fonction de la quantité de verres utilisés, de leur épaisseur, ainsi que du nombre de films PVB (Butyral de Polyvinyle) entre eux. Dotés d’un très grand pouvoir adhésif et d’une remarquable solidité, ces derniers affichent une épaisseur de 0.38 mm. Ils peuvent être superposés jusqu’à 12 fois pour les vitrages les plus résistants. Réalisés en laboratoire sous la tutelle du Centre national de prévention et de protection (CNPP), les tests de performance de la norme NF EN 356 ont défini 8 classes et deux niveaux.

 

Niveau 1 : les vitrages anti-vandalisme

 

Les différents vitrages du premier niveau sont classés selon leur aptitude à faire face aux projectiles et actes de vandalisme comme un coup de pied ou un jet de pierre. L’essai est effectué à trois reprises avec 3 billes de 4,1 kg lâchées à des hauteurs variées, afin de déterminer si le vitrage résiste à l’impact ou s’il est traversé.

  • P1A : vitrage non traversé après chute de 1,5 m. Exemple : vitrage 33.2 de 6,8 mm.
  • P2A : vitrage non traversé après chute de 3 m. Exemple : vitrage 44.2 de 8,8 mm.
  • P3A : vitrage non traversé après chute de 6 m. Exemple : vitrage 44.3 de 9 mm.
  • P4A : vitrage non traversé après chute de 9 m. Exemple : vitrage 44.4 de 9,5 mm.
  • P5A : vitrage non traversé après chute de 9 billes de 9 m. Exemple : vitrage 44.6 de 10,3 mm.

 

norme-nf-en-356-categories

 

Niveau 2 : les vitrages anti-effraction

 

Les trois dernières classes de la norme NF EN 356 déterminent la capacité de vitrages à retarder l’effraction. Le test est donc effectué à l’aide d’une hache ou d’une masse avec pour objectif de réaliser une ouverture de 40 x 40 cm dite de “passage d’homme”.

  • P6B : passage non effectué après 30 coups. Exemple : vitrage 444.8 de 15 mm.
  • P7B : passage non effectué après 51 coups. Exemple : vitrage 66.12 de 22 mm.
  • P8B : passage non effectué après 71 coups. Exemple : vitrage 444444.12 de 27 mm.

 

Protection contre les armes à feu

 

Liés à des demandes particulières au niveau de sécurité très élevé, les vitrages anti-balles répondent à une composition très complexe de verre feuilleté. Bien qu’ils bénéficient également d’un classement conforme à la norme EN 356, c’est la norme EN 1063 qui définit les tests de performance effectués. Ils sont établis en fonction du type d’arme, de calibre et la distance de tir à laquelle le vitrage est capable de résister.

  • SG1 et SG2 : fusils de chasse
  • BR1 : carabine calibre 22.
  • BR2 : luger 9 mm.
  • BR3 : 357 magnum.
  • BR4 : 44 magnum.
  • BR5 : carabine calibre 5,56.
  • BR6 et BR7 : carabine calibre 7,62.

norme-nf-en-356-anti-balle

À cela s’ajoutent également des spécificités liées à l’absence ou non d’éclats vulnérants à l’impact. En matière d’installation, les performances de résistance à ce type de protection peuvent différer en fonction de la température. Il est donc recommandé d’utiliser ce type de verre en face intérieure d’un double vitrage doté d’une protection solaire en face extérieure.

 

Vitrages anti-explosion

 

Régis par la norme EN 13541, ces vitrages ont la faculté de résister au souffle d’une explosion afin d’assurer la sécurité du public dans les lieux les plus sensibles. Ils répondent à quatre niveaux de classification et sont déterminés à partir de tests réalisés avec des tubes à onde de choc.

 

Autres applications particulières du feuilleté P.V.B.

 

Les remarquables qualités des films PVB se retrouvent dans divers secteurs d’activité :

  • Résistance des planchers et des marches d’escalier
  • Solidité des vitrages pour aquariums, piscines et ascenseurs.
  • En matière de détection dans le domaine des alarmes, les films PVB intègrent un réseau filaire pratiquement invisible raccordé à la centrale.

Il est fréquent de voir des vitrages de classe P4A et P5A proposés comme vitrage anti-effraction. Pourtant, pour apporter un conseil de qualité, il est important de préciser que seuls ceux de classe P6B minimum peuvent bénéficier de cette distinction. Dans le cas d’une demande de protection maximale, un vitrage P8B et son épaisseur renforcée restent la meilleure option. Il est également possible de se référer aux classifications EH1, EH2, EH3 de la directive VdS et leur protection de haut niveau contre l’effraction.

Share This