Dans la lignée des vitrages aux performances de sécurité toujours plus évoluées, le verre blindé est un verre feuilleté capable de résister à des chocs d’une très grande puissance. Il répond à une demande de plus en plus importante pour maximiser la protection des biens et des personnes au sein de l’architecture moderne. En fonction de l’épaisseur des couches de verre et du nombre de films de butyral de polyvinyle qui le composent, il affiche plusieurs degrés de solidité. Bien plus résistant qu’un vitrage trempé et feuilleté classique, ce type de verre peut être le fruit de certains alliages et assemblages pour empêcher les balles de le traverser. N’étant pas destiné aux clients habituels, il apporte une solution adaptée à des lieux ou des situations à risque.

 

Verre blindé : composition et caractéristiques

 

De par leur fonction pare-balle, les verres blindés entrent dans une catégorie très spécifique des vitrages feuilletés. Ils arborent une apparence similaire à toute autre vitre classique, si ce n’est une transparence atténuée par une épaisseur conséquente. Pour pallier à cet état, un type de verre extra clair est disponible selon les préférences. Les doubles ou triples vitrages blindés possèdent également des facultés supplémentaires comme une protection élevée contre les rayonnements UV, une résistance accrue au feu, une plus grande isolation thermique et acoustique.

Le verre blindé multiplie les feuilles de verres collées entre elles par des films PVB d’une très grande faculté adhésive. Sa formidable résistance se voit fréquemment augmentée à l’aide du polycarbonate entrant dans sa composition. Cette matière favorise l’aspect transparent de l’ensemble, ainsi que sa robustesse face aux projectiles des armes à feu. Différentes normes et catégories déterminent les performances de tous les types de verre de sécurité selon une série de tests.

 

verre-blinde-feuilles

 

Classification des verres résistant au vandalisme

 

Répondant à la norme EN 356, ils sont soumis à la chute d’une boule d’acier de 4,11 kg d’une hauteur variable et à un ou plusieurs points d’impact. Avec une épaisseur de vitrage feuilleté oscillant de 6 à 10 mm, un vitrage est dit résistant au vandalisme s’il se situe entre les classes P1A et P5A.

 

Classification des verres résistants à l’effraction

 

La phase supérieure concerne des tests de résistance en administrant aux divers vitrages des coups de masse ou de hache jusqu’à créer une ouverture suffisante pour le passage d’un homme. Pouvant aller de 30 à 70 coups sur des vitres de 10 à 27 mm, les classes concernées sont P6B, P7B et P8B conformément à la norme EN 356.

 

Classification des verres blindés résistants aux tirs d’arme à feu

 

verre-blinde-test

 

Les tests des verres blindés sont régis par la norme EN 1063. Les catégories correspondantes aux différents calibres de pistolets et carabines vont de BR1 à BR7, ainsi que SG1 et SG2 pour les fusils de chasse. L’expérimentation consiste à tirer trois fois à une distance de 10 m (5 pour les pistolets). Pour être considéré comme blindé, le verre ne doit pas être traversé, ni former d’éclats sur sa face protégée. Leur épaisseur peut varier de 23 à 87 mm.

 

Classification des verres blindés résistants aux déflagrations d’explosion

 

La norme EN 13541 concerne les vitrages capables de résister au souffle d’une explosion. De classes ER1 à ER4, leur objectif est d’encaisser une onde de choc sans voir leur surface voler en éclats, afin d’assurer la sécurité du public. Ils représentent un moyen de limiter les projections de débris et les dommages corporels.

Dans la conception de fenêtres, le verre blindé offre une protection optimale pour ses utilisateurs grâce à sa composition unique et la superposition des éléments. Bien qu’il puisse voir sa transparence altérée en fonction du degré de résistance et de son épaisseur, il maintient une qualité visuelle remarquable grâce au verre extra clair. Ce qui ne l’empêche pas de proposer tous les avantages thermiques, solaires, acoustiques et de résistance au feu des autres vitrages. Avec leur fabrication complexe, les verres blindés sont de ce fait plus onéreux avec des tarifs autour de 200 € le m².