Le DTU 41.2 crée en 1996 a subi une réforme en 2015 afin d’apporter des modifications et des apports aux normes applicables pour les revêtements extérieurs en bois. L’objectif est d’assurer la durabilité des installations en préconisant un ensemble de règles pour la mise en œuvre du bardage en bois mais aussi la gestion de l’ossature. Dans cet article, nous vous proposons un éclairage sur les normes applicables aux revêtements extérieurs bois au titre du DTU 41.2 depuis 2015.

 

DTU 41.2 : Les nouveautés suite à la réforme de 2015

 

La philosophie générale du DTU 41.2

 

Le DTU 41.2 concerne les revêtements extérieurs en bois mais aussi les matériaux dérivés du bois tels que les bardages avec lames rejetant l’eau en avant ou les revêtements installés sur des constructions horizontales en sous-face et/ou abritées. De même, le DTU 41.2 vise les ossatures secondaires dès lors qu’un bardage en bois repose dessus. Font également partie du champ d’application de ce DTU des points spéciaux comme le raccordement aux angles, la jouée de lucarne, les liaisons ou les pieds de bardage.
Le document technique unique 41.2 se compose de trois parties : le cahier des clauses techniques types, les critères généraux de choix des matériaux et le cahier des clauses administratives spéciales types.

Il exige notamment le marquage CE des larmes et bardeaux conformément à la norme NF 14915.
Depuis 2015, le DTU 41.2 tient compte de l’exposition du revêtement bois à la pluie, de l’épaisseur des lames et l’état de l’ouvrage pour l’établissement des règles à appliquer sur le chantier. De plus, ces normes s’appliquent désormais aux départements d’Outre-Mer. Plusieurs cartes ont ainsi été établies afin de tenir compte des conditions climatiques pour la mise en place des solutions d’étanchéité.

Le DTU 41.2 formalise donc les normes nécessaires à la bonne mise en œuvre du bardage bois afin qu’il remplisse ses fonctions principales à savoir, la protection contre les intempéries, la performance thermique, la résistance aux chocs ainsi que l’habillement de la façade de manière esthétique.
Avec la réforme intervenue en 2015, de nouvelles normes ont fait leur apparition.

 

 

L’obligation de double tasseautage

 

Le DTU 41.2 instaure l’obligation de double tasseautage c’est-à-dire qu’une ossature verticale devra être réalisée sur la paroi en plus de l’ossature horizontale pour fixer les lames de bardages. Cette nécessité s’explique par le fait qu’en présence d’un simple tasseautage horizontal, la ventilation est insuffisante.
L’épaisseur de la lame d’air est de 20 mm a minima.

 

 

Une tolérance nouvelle : la présence d’aubier non traité

 

Le DTU 41.2 tolère la présence d’aubier non traité sous certaines conditions. L’aubier est ainsi accepté sur les lames de bardages d’emploi 2 pour certaines essences de bois. De même, pour les bardages de classe 3, l’aubier pourra être accepté sur les contreparements sur la face cachée des lames.
Notons que la présence d’aubier non traité reste interdite sur les lames de bardage en bois de classe 3 et 4.

 

dtu-41-2

 

Les dispositions spécifiques aux bardages ajourés

 

Dans son annexe A, le DTU 41.2 prévoit les critères applicables au bardage à claire-voie c’est-à-dire au bardage ajouré. Ces dispositions sont valables pour les supports en béton et en maçonnerie qu’il y ait ou non une isolation thermique par l’extérieur mais aussi, pour les supports murs en ossature bois dès lors que le voile de contreventement est situé à l’extérieur.
De manière générale, les lames doivent être séparées de 10 mm au maximum mais il existe des exceptions.
Précisons également qu’en présence d’accès piéton au pied de la façade, une protection mécanique du pare-pluie devra être installée à 2,80 mètres de hauteur.

 

 

Dispositions concernant les façades édifiées en toute zone de vent jusqu’à 28 mètres de hauteur

 

Le DTU 41.2 distingue deux situations en fonction de la présence ou non de baies sur la paroi. En effet, si la paroi comporte une baie alors la hauteur est limitée à 28 mètres mais si une baie existe la hauteur sera autorisée sera réduite à 6, 10 ou 28 mètres. Dans ce cas de figure, tout dépendra de la solution retenue pour intégrer les menuiseries dans les parois à ossature bois.
Le but de ces dispositions est de tenir compte des contraintes liées à l’étanchéité à l’eau des parois.

Texte majeur pour la mise en œuvre de revêtements extérieurs en bois, le DTU 41.2 a su s’adapter aux évolutions du secteur. Pour un bardage en bois efficace et durable, l’ensemble des normes doit être respecté.