En intégrant les normes européennes depuis mai 2009, le document technique unifié 51.2 récapitule les normes et règles de bonne mise en œuvre des parquets en bois destinés à être collés. En plus des prescriptions générales, le DTU détaille notamment la qualité des supports, les différents planchers et les colles utilisables. Il s’avère être un guide essentiel pour les professionnels du bâtiment dans la pose des parquets massifs et contrecollés. Il permet de s’assurer de la parfaite démarche à suivre en fonction de la configuration des lieux pour réaliser des travaux dans les règles de l’art.

 

Domaine d’utilisation

 

La norme NF 51.2 est destinée aux constructions neuves pour la pose d’éléments de parquet par le biais d’un collage ou d’une sous-couche sur un support bien défini. Peu importe la forme du revêtement de sol, celui-ci est en bois et affiche une épaisseur minimale de 2,5 mm. Son application répond à un certain nombre de critères.

Types de locaux :

Ne prenant pas en compte les lieux humides, le DTU 51.2 encadre les locaux secs à usage domestique, résidentiel ou commercial. Il concerne les bâtiments situés dans les zones climatiques et naturelles françaises, avec un entretien effectué à sec ou par nettoyage humide.

Revêtement sur sol chauffant :

Dans le cadre d’une installation de parquet sur plancher chauffant, le DTU 51.2 expose les bonnes pratiques pour les dispositifs à eau chaude ou à rayonnement électrique. La pose sur planchers chauffants réversibles en est exclue.

Classement :

Afin de hiérarchiser les différents parquets disponibles, l’indice d’épaisseur de la couche d’usure est pris en compte, ainsi que les essences utilisées.

 

 

DTU 51.2 : les matériaux utilisés

 

Les panneaux et lames de parquet :

Le choix s’effectue en fonction du classement des essences de bois, de la faculté de réaction au feu, de la glissance, des propriétés acoustiques et bien d’autres. Chacun de ses facteurs dépend des préconisations du fabricant et des normes en vigueur.

Les diverses colles applicables :

Conformément à la norme NF EN 14293, la fixation des parquets et de leurs sous-couches doit être réalisée avec 5 types de colles.

  • Résines époxy.
  • Polyuréthanes.
  • Acétate de polyvinyle en phase aqueuse.
  • Acétate de polyvinyle en phase solvant.
  • Polymères hybrides.

 

dtu-51-2-parquet

Les méthodes de la pose collée

 

Tout en respectant les écarts nécessaires avec les maçonneries, la pose collée de parquet s’effectue de deux manières différentes dites “en plein” ou “au cordon”. Mais avant de se lancer, il est impératif d’étudier avec attention le support de pose. Ce dernier se doit d’être propre et sec, sans oublier que l’installation varie en fonction de sa composition, qu’elle soit une chape de ciment, un plancher bois, des lambourdes, un ragréage ou autre. Une trop grande humidité peut retarder les travaux.

 

La pose en plein :

Réalisée avec une spatule à cran pour encoller le support, elle affiche une période de sèche d’environ une semaine. Le parquet est fixé en battant ou en marouflant les lames, et favorise une excellente maîtrise de l’équerrage et de l’alignement. Largement recommandée par les fabricants, la méthode de pose en plein occasionne de meilleures garanties pour les produits ainsi installés.

La pose au cordon :

Malgré sa large utilisation, la pose au cordon n’est pas régie par les normes en vigueur. À défaut d’un encollage total du support, cette technique s’effectue au travers de cordons de colle et d’un battage des lames lors de la pose.

 

Depuis l’étude du support aux finitions, en passant par la préparation à la mise en œuvre, l’orientation des lames, les joints, les distances à respecter et le collage, le diverses clauses du DTU 51.2 englobent toutes les normes et prescriptions pour l’installation de parquets en bois. Il précise les conditions et le type de locaux adaptés au choix d’un parquet collé pour fournir toutes les informations nécessaires à un travail de qualité. Un type de pose destiné aux sols soumis à des sollicitations de catégorie P3, ou P2 avec une sous-couche résiliente. Les DTU menuiseries sont signe d’un travail de qualité, et du respect de la RT 2012.

 

Share This